Home » Télérevue » CinéCritique » A Most Wanted Man – L’homme qui venait du froid

A Most Wanted Man – L’homme qui venait du froid

Pendant la guerre froide, les frontières entre est et ouest, entre «bons» et «méchants» était clairement tracée. De nos jours, ces frontières sont fluctuantes.

Günter Bachmann (Philip Seymour Hoffman) est à la tête d’une équipe anti-terrorisme opérant à Hambourg. L’unité s’intéresse à Issa Karpov, un immigrant mi-russe mi-tchétchène entré illégalement au pays pour tenter de mettre la main sur l’héritage de son père, un ancien militaire ayant commis sa part d’atrocités par le passé. Le jeune homme semble confus et hésitant quant à ce qu’il désire faire de son legs. Par l’entremise d’une jeune avocate (Rachel McAdams) œuvrant pour un organisme humanitaire, Günter met en place un stratagème pour que l’argent d’Issa serve ultimement à démasquer un académicien musulman éminemment respecté dont il soupçonne les beaux discours de n’être qu’une façade pour le financement d’activités terroristes…

De James Bond à Harry Palmer en passant par Derek Flint et OSS 117, le cinéma a toujours fait la part belle aux espions et agents secrets de tous genres et de toutes nationalités. Même Hitchcock s’y est frotté avec «Topaz» ou «Torn Curtain», deux de ses films les moins réussis. Mais plutôt clairsemés furent les films qui traitaient la thématique avec un quelconque sérieux, on se souvient notamment de «The Spy who came in from the Cold» de Martin Ritt ou de «Tinker, Tailor, Soldier, Spy» de Tomas Alfredson, tiré d’une série de télévision britannique du même nom – deux films basés sur des romans de John Le Carré. De nos jours, surtout après les révélations récentes d’Edward Snowden sur la NSA et les services secrets britanniques qui espionnent à peu près tout le monde, les agents secrets et espions de l’ère moderne sont surtout une bande de salopards qui se foutent royalement des droits civiques et qui font strictement ce qu’ils veulent, souvent au nez et à la barbe des gens qui sont censés les gouverner.

Les salauds ne dorment jamais

À chaque fois qu’un bon film sur cet univers très secret fait surface, le nom de John Le Carré n’est pas loin. Il en va de même pour «A Most Wanted Man» d’Anton Corbijn qui est de nouveau basé sur un bouquin de John Le Carré, un homme qui illustre le monde des agents secrets et des espions de tout bord comme personne d’autre au monde. Contrairement à un Ian Fleming, par exemple, qui racontait le côté glamour, aventure et sexe des agents secrets, Le Carré fait dans la dentelle, c’est à dire qu’il braque à chaque fois un coup de projecteur sur les fils qui font que ces marionnettes obscures au service d’une hypothétique «paix dans le monde» continuent de bouger dans le noir le plus absolu.

Anton Corbijn a signé un des meilleurs films «d’espionnage» de tous les temps, en évitant toute la panoplie à laquelle on est habitué. Si le suspense est bien là et devient de plus en plus insoutenable, le réalisateur ne s’adonne à aucun moment à la surenchère, aux scènes d’action faussement spectaculaires ou aux séquences de baise – il démonte tout simplement les rouages d’un corps de métier où les couteaux dans le dos font partie du quotidien, même entre nations soi-disant amies. Ceux qui vont voir ce film pour s’éclater feraient mieux de passer leur chemin, car ils seront sans doute décontenancés par la lenteur du récit, où une guerre de nerfs psychologique remplace les sempiternelles courses poursuites. Le casting de rêve est mené tambour battant par le regretté Philip Seymour Hoffman, qui aura rarement été plus convaincant, par Robin Wright en mante religieuse, par Willem Dafoe en banquier dépassé par les événements et par plein d’autres acteurs plus que convaincants. Tenez, même notre Vicky Krieps nationale a droit à quelques apparitions dans ce film qui compte parmi les plus passionnants de l’année.

A MOST WANTED MAN ★★★★
Réalisé par Anton Corbijn / avec Philip Seymour Hoffmann, Rachel McAdams, Robin Wright, Willem Dafoe, Vicki Krieps, Nina Hoss / GB/USA/D 2014, 121 minutes / Utopolis Kirchberg

Teilen ...Email this to someoneShare on Google+Print this pageTweet about this on TwitterShare on Facebook
Author: Philippe Reuter

Login

Lost your password?