Home » Télérevue » CinéCritique » Beyond the Infinite

Beyond the Infinite


INTERSTELLAR – Du très grand spectacle qu’il faut savourer sur le plus géant des écrans possibles, doublé d’un mélodrame aux dimensions planétaires.

Disons le tout de suite, il y aura plein de gens qui seront totalement opaques à l’univers créé ici par Christopher Nolan et son frère Jonathan, tout comme ils furent opaques à l’univers déjanté de «Inception» ou l’atmosphère glauque de la trilogie du «Dark Knight». Le succès de la plupart de ses films précédents aidant, Christopher Nolan est devenu, en l’espace de quelques années, un des rares cinéastes américains à bénéficier régulièrement des mêmes moyens financiers et des mêmes libertés qu’un Steven Spielberg ou d’un Stanley Kubrick. Ce fut d’ailleurs, d’après les propres dires de Christopher Nolan, le mythique «2001, a Space Odyssey» de Kubrick qui l’avait jadis poussé à devenir cinéaste. De là à affirmer que «Interstellar» est une «Odyssée de l’Espace» pour le 21ième siècle est un pas que nous ne franchirons pas, d’autant plus que le «space opéra» de Kubrick n’a toujours pas révélé tous ses mystères après presque 50 ans, alors que Christopher Nolan se prend constamment les pieds dans un trop plein d’explications scientifiques.

À moins d’être un spécialiste des profondeurs de l’espace et de toutes les théories plus ou moins foireuses que Nolan essaie d’illustrer dans son film, mieux vaut ne pas trop se prendre la tête avec toutes ces explications – sinon on ne s’en sort plus. Faites plutôt comme nous, installez-vous le plus confortablement possible dans votre fauteuil de cinéma, attachez vos ceintures et laissez vous emporter dans les tourbillons d’un des plus beaux trous noirs cinématographiques depuis longtemps. Il faut savoir que le scénario avait été initialement écrit pour Steven Spielberg qui s’est désisté suite à un emploi du temps trop chargé. Le savant mélange entre saga familiale mélodramatique et épopée interstellaire ne ressemble à rien de ce que vous avez pu voir récemment, et si le film n’atteint jamais les dimensions philosophiques du chef d’œuvre de Kubrick, l’invention visuelle et l’imagerie (filmée partiellement sur pellicule 70mm) n’a rien à envier à l’univers du grand Stanley qui, à l’époque, n’avait pas tout une palette numérique à sa disposition pour réaliser ces trucages. Alors que Kubrick utilisait des techniques inspirées du travail de Georges Méliès et de Karel Zeman, Nolan puise à fond dans ce que l’univers numérique peut lui offrir. L’imaginaire et le subconscient du spectateur en pâtissent évidemment, mais le très grand spectacle est néanmoins au rendez-vous.

La vision de Kubrick alliée au cœur de Spielberg

Porté par une musique carrément ob- sessionnelle de Hans Zimmer (qui ne plaira pas à tout le monde), «Interstellar» emporte le spectateur dans un tourbillon de sons et de lumières qui ne manquera pas d’assommer les uns et de fasciner les autres. Il fait comprendre une chose avant de se lancer dans l’aventure: Christopher Nolan n’est pas un cinéaste de la facilité. Même s’il brûle la chandelle par les deux bouts en dépensant 185 millions de dol- lars pour une sorte «D’autant en emporte le vent» postmoderne, il n’est pas Michael Bay. Il faut donc s’armer de patience et être prêt à se faire prendre au jeu – sinon on risque de quitter le cinéma en courant parce qu’on a l’impression que son cerveau est en train de cramer. Mais une fois que vous aurez accepté d’être mené en bateau (ou plutôt en navette spatiale) aux fins fonds de l’univers pour un film qui, allez comprendre, ne quitte pas vraiment la terre, vous passerez un très beau moment de cinéma. Follement intelligent et d’une simplicité désarmante! To infinity and beyond…and back!

INTERSTELLAR ★★★★
Réalisé par Christopher Nolan / avec Matthew

McConaughey, Anne Hathaway, Jessica Chastain, Michael Caine, John Lithgow, Topher Grace / USA 2014, 169 minutes / Utopolis

Teilen ...Email this to someoneShare on Google+Print this pageTweet about this on TwitterShare on Facebook
Author: Georges Noesen

Login

Lost your password?