Home » Télérevue » CinéCritique » CinéCritique: Money Monster

CinéCritique: Money Monster

Halte aux voleurs – Un thriller tout ce qu’il y a de plus médiatique sur les magouilles financières qui continuent de pousser notre monde vers le gouffre.

N’en avez-vous pas marre de ce que les banques et les grosses boîtes financières, avec l’aval et la complicité de Bruxelles et de la Banque Centrale Européenne à Francfort, continuent de nous infliger comme punition suite à la crise financière dont aucun de nous n’était responsable? Les banques ne vous donnent plus rien pour l’argent que vous mettez à leur disposition, prochainement nous risquons même de nous voir infliger des intérêts négatifs et, si par malheur, vous décidez de retirer votre argent de votre compte, votre banque vous compte encore des frais pour vous rendre votre propre argent. Nul besoin de préciser que, pour paraphraser le héros de «Network», «we’re as mad as hell, we just can’t take it anymore!»

«Mad as hell», le camionneur américain Kyle Budwell (Jack O’Connell) l’est aussi. Suite aux recommandations de Lee Gates (George Clooney), le gourou financier de l’émission «Money Monster», l’homme avait investi toute sa fortune (60.000 dollars) dans une société dont les actions en bourse se sont effondrées suite à un «glitch» informatique qui a coûté la somme rondelette de 800 millions de dollars aux actionnaires. Armé d’un pistolet, Kyle Budwell fait irruption alors que l’émission de Gates est diffusée en direct et exige que les caméras ne soient pas coupées, alors qu’il demande au présentateur d’enfiler une veste bourrée d’explosifs. Il veut que le présentateur lui explique en long et en large comment une erreur informatique (c’est ce que prétendent les responsables de la société en question) peut oblitérer 800 millions de dollars en quelques secondes. Lee Gates et sa productrice Patty Fenn (Julia Roberts) tentent désespérément d’entrer en contact avec le directeur de la société fautive qui est…introuvable!

Tout récemment, avec des films passionnants comme «Margin Call» de J.C. Chandor ou «The Big Short» de Adam McKay, le cinéma américain (indépendant, bien évidemment) s’est intéressé par deux fois aux magouilles des grosses banques qui ont amené le monde au bord du gouffre et qui, après que la communauté les a sauvées, continuent de nous baiser en utilisant les mêmes méthodes qu’avant. «Money Monster» qui s’intéresse plus aux grandes sociétés financières qu’aux banques a bénéficié d’un budget autrement plus important, puisque George Clooney et Julia Roberts sont de la partie devant la caméra alors que nulle autre que Jodie Foster en a assuré la réalisation. Avec un trio gagnant comme celui-là et une thématique qui continue de nous concerner tous, une invitation au Festival de Cannes était la moindre des choses, d’autant plus que dans son genre, le thriller financier doublé d’une prise d’otages, «Money Monster» est plutôt réussi.

Avant de s’en prendre aux magouilleurs eux-mêmes, le film s’attaque d’abord à la télévision commerciale américaine, où le sérieux a depuis longtemps été remplacé par le factice, le clinquant et le tape-à-l’œil, où même les sujets dits sérieux se retrouvent au centre de shows plutôt que d’émissions balancées et basées sur des recherches approfondies. En faisant irruption au studio en pleine émission, le héros malgré force les responsables de la chaîne à s’improviser journalistes investigateurs plutôt que d’être des clowns aux services de leurs annonceurs.

Si George Clooney en fait un peu trop dans le premier tiers du film dans le genre «clown en costard-cravate», sa prestation devient nettement plus nuancée au fil de l’intrigue quand il comprend (enfin) les enjeux de la prise d’otages dont il risque de devenir le clown tragique, au cas où l’affaire tournerait au drame. Julie Roberts, qui se fait un peu trop rare sur les écrans, est excellente dans le rôle de la productrice de l’émission qui doit garder son sang-froid malgré les circonstances. Quant à Jodie Foster, dont c’est le premier film depuis «The Beaver» en 2011, elle prouve qu’elle est tout à fait à l’aise pour mettre en scène un «gros» film d’action.

Horaires

MONEY MONSTER ★★★★★
Thriller financier / Réalisé par Jodie Foster; avec George Clooney, Julia Roberts, Jack O’Connell, Dominic West, Giancarlo Esposito / USA 2016, Utopolis

Teilen ...Email this to someoneShare on Google+Print this pageTweet about this on TwitterShare on Facebook
Author: Philippe Reuter

Login

Lost your password?