Home » Télérevue » CinéCritique » La Berlinale au LuxFilmFest

La Berlinale au LuxFilmFest

Bonnes surprises – La sélection officielle berlinoise n’était peut-être pas brillante cette année, mais deux films parmi les plus surprenants ont été sélectionnés pour le festival luxembourgeois.

Le premier, KOLLEKTIVET/LA COMMUNE de Thomas Vinterberg (notre photo), fut présenté en compétition à Berlin et a même valu l’Ours d’Argent de la meilleure actrice à l’émouvante Trine Dyrholm qui fait ici partie d’un ensemble d’acteurs formidables, mais dont elle se démarque totalement. Le film est heureusement à des années-lumière des expériences souvent fatigantes et prétentieuses du «Dogme» scandinave, dont nous fûmes victimes beaucoup trop longtemps, tout en ayant gardé la fraîcheur «dogmatique» en ce qui concerne la mise en scène et le jeu des acteurs. La commune du titre, c’est celle d’un groupe de gens, hommes et femmes d’horizons et de tempérament différents, qui décident de vivre ensemble dans une grande maison des environs de Copenhague que l’architecte Erik (Ulrich Thomsen) et son épouse Anna (Trine Dyrholm), une présentatrice de télévision, ont reçu en héritage. L’histoire se passe dans les années 1960, quand l’idée de vivre en commune était encore nouvelle et révolutionnaire, puisque elle allait à l’encontre de l’establishment de l’époque.

Les frictions au quotidien sont évidemment inévitables et tout se corse lorsque Erik, qui enseigne l’architecture à l’université, commence à fréquenter une étudiante beaucoup plus jeune que son épouse à laquelle il demande de venir vivre avec lui dans la commune… Au sein d’une compétition berlinoise souvent décevante voire soporifique, le nouveau film de Thomas Vinterberg est peut-être loin de l’acidité désabusée de son Festen, mais les confrontations entre les différents «communards» n’en sont pas moins savoureuses. Elles donnent surtout l’occasion à un collectif d’acteurs surprenants (dont beaucoup sont inconnus) de nous montrer l’étendue de leur talent en se lançant des répliques à la tête qui font toujours mouche et parfois très mal. Une chose est sûre, Trine Dyrholm n’a pas volé son Ours d’Argent car elle est tout à fait bouleversante dans un rôle tout en nuances, sans jamais tomber dans le mélodrame de bas étage.

Les Luxembourgeois ont bien de la chance, car non seulement ont-ils droit, dans le cadre du LuxFilmFest de pouvoir découvrir un des films les plus émouvants de la Berlinale, avec «Kollektivet», mais on leur propose également le film le plus drôle présenté à Berlin, WHERE TO INVADE NEXT de l’éternel diable trublion qu’est Michael Moore. Montré hors compétition parce que déjà sorti en salles aux Etats-Unis, ce nouveau documentaire facétieux du gros provocateur a la casquette le montre, doté d’un énorme drapeau américain, envahir une ribambelle de pays européens (et la Tunisie) pour nous piquer, à nous tous, ce que nos pays, nos gouvernements et nos économies ont de meilleur à offrir à une Amérique qui s’enfonce de plus en plus dans le racisme, la mouise économique, la xénophobie et la torpeur généralisée.

Utilisant à peu près les mêmes mécanismes d’ironie et de dérision dont il avait fait preuve dans «Sicko» en 2007, quand ils s’attaquait à la «Healthcare» déficiente de son pays, Michael Moore traverse une douzaine de pays en coup de vent, menant des interviews hilarantes en tant qu’incrédule découvrant le sacré Graal jour après jour, pays après pays, où il plante son drapeau à chaque fois qu’il trouve une nouvelle idée pour sauver ses compatriotes. Évidemment, comme toujours chez Moore, il utilise les idées qui rentrent dans le cadran spécifique de son film, mais ne s’intéresse jamais au revers de la médaille, car même en Europe, tout ce qui brille n’est pas or. Mais une fois qu’on s’est accommodé de cette malhonnêteté chronique du cinéaste, on peut se laisser aller à rigoler comme un dingue à sa gueule de Pierrot lunaire au pays des merveilles européennes.

Teilen ...Email this to someoneShare on Google+Print this pageTweet about this on TwitterShare on Facebook
Author: Philippe Reuter

Login

Lost your password?