Home » Télérevue » CinéCritique » Locke – Driver

Locke – Driver

Un film dont le récit se passe entièrement à l’intérieur d’un SUV roulant de nuit sur une autoroute anglaise – il fallait oser. Steven Knight et Tom Hardy ont réussi leur coup.

Ivan Locke (Tom Hardy) est chef de chantier pour une multinationale de la construction qui, le lendemain, devra superviser la plus importante coulée de béton jamais réalisée en Grande-Bretagne. Le soir venu, il se glisse à l’intérieur de son 4/4 pour rentrer chez sa femme et ses deux fils, où il a prévu de regarder un match de foot en famille. Même sa femme, qui déteste le foot, est d’accord pour regarder le match avec eux. Puis, un coup de téléphone imprévu reçu sur son portable va non seulement changer le déroulement de la soirée, mais la vie entière d’Ivan. Désormais, il ne va plus rentrer chez lui, mais prendre l’autoroute pour Londres…

Rien de plus difficile que de réussir un film qui se passe dans un huis clos ou, à plus forte raison, dans un huis clos où il n’y a qu’une seule personne qui, tout en roulant sur une autoroute, ne communique que par téléphone mobile interposé. Nous n’allons pas vous révéler ici la raison pour laquelle il décide de chambouler sa vie et celle de sa famille, avec laquelle il a coulé le parfait bonheur jusque-là. Mais tout en téléphonant à sa femme pour lui expliquer le comment et le pourquoi de sa décision, il devra également essayer d’arranger la coulée de béton qui se trame pour le lendemain et dont il a l’unique responsabilité. Plusieurs centaines de bétonnières sont en effet attendues le lendemain sur le chantier qu’il supervise – et dont il sera forcément absent le moment venu.

Un film entièrement «téléphoné»

Tom Hardy est un acteur très versatile – vous l’avez notamment vu dans «Bronson» (2008), «Inception» (2010), «Lawless» (2012) et surtout dans le rôle de l’inquiétant «méchant» dans «The Dark Knight rises» (2012), où il était caché sous un masque pendant tout le film. Ici, son personnage est pas spectaculaire du tout, il roule en bagnole, porte un pullover quelconque… et parle au téléphone. On scrute les expressions sur son visage, on écoute sa voix, on entend ses interlocuteurs via les haut-parleurs de sa voiture et on regarde la route défiler devant ses yeux. Et c’est tout!

Un film comme «Locke» où, d’un côté il ne se passe rien, mais où d’un autre côté, plusieurs existences s’écroulent pour toujours, fait évidemment tâche d’encre au sein d’un cinéma de plus en plus schématisé, où on prend le public pour une bande de lemmings qui voudraient toujours sauter dans le même précipice. C’est pourquoi nous étions surpris de voir le film passer à Utopolis plutôt qu’à Utopia, où le public se montre un peu plus réceptif à des expériences rebrousse-poil comme celle-ci. Non pas que ce soit un reproche aux programmateurs (il faut bien justifier sa spécification «Europa Cinemas» de temps en temps), mais un public généralement habitué aux blockbusters spectaculaires et bruyants pourrait être dérangé dans ses «habitudes». D’un autre côté, beaucoup de réguliers du Ciné Utopia refusent d’aller voir un film au Kirchberg pour des raisons qui leur appartiennent – dans ce cas, ils risquent cependant de louper une œuvre exceptionnelle.

Si les voix masculines et féminines au téléphone sont toutes convaincantes voire franchement émouvantes, c’est la performance de Tom Hardy qui sert de moelle épinière au film de Stephen Knight. Avec comme seuls moyens d’expression sa mimique et sa voix (dotée d’un chaud accent gallois), il happe le spectateur au bout de quelques minutes et lui fait partager une angoisse et une urgence qui se font de plus en plus pressantes. Et, alors qu’au téléphone, plusieurs de ses interlocuteurs ont tendance à paniquer, Ivan Locke reste calme et sein, avec le seul et unique but d’arriver là où il veut arriver. Où il doit arriver. To do the right thing!  

LOCKE ★★★
Réalisé par Steven Knight / avec Tom Hardy et les voix de Olivia Colman, Ruth Wilson, Andrew Scott, Ben Daniels, Tom Holland / GB 2013, 85 minutes / Utopolis Kirchberg

Teilen ...Email this to someoneShare on Google+Print this pageTweet about this on TwitterShare on Facebook
Author: Philippe Reuter

Login

Lost your password?