Home » Home » Sur les traces de J.R.

Sur les traces de J.R.

Amours, vengeances et trahisons. Voilà les ingrédients d’une des séries les plus mythiques des années 80: Dallas. Un univers impitoyable devenu culte, dont Thierry Reinhard rêve depuis son enfance. Pour les 40 ans de la saga, le ranch de Southfork lui ouvre enfin ses portes.

«J’étais comme un gosse devant cette femme incroyable», se souvient encore tout ému Thierry Reinhard. Il n’est toujours pas descendu de son nuage. Ses yeux pétillent littéralement quand il évoque sa rencontre avec l’actrice Linda Gray, Sue Ellen pour les initiés. Personnage alcoolique et dépressif, au brushing impeccable, femme de l’ignoble J.R. Ewing, qui ne pense qu’à la tromper. Une sorte d’anti-héroïne en tailleur à épaulettes, qui, malgré son penchant pour le whisky, va gagner le cœur, et parfois la raison, de millions de téléspectateurs. Pareil pour son mari machiavélique, campé par l’acteur Larry Hagman. J.R., un personnage culte que les fans ont adoré détester. Ce couple mythique qui se malmène et se déchire sans scrupules, a tenu en haleine le publique entre 1978 et 1991 pendant des centaines d’épisodes.

«J’enregistrais tous les épisodes et je me repassais les scènes avec Sue Ellen au ralenti afin d’admirer son visage», révèle Thierry. Il n’a que neuf ans lorsqu’il découvre en 1981, émerveillé et fasciné cette saga à la sauce texane.

«J’ai complètement flashé sur Linda Gray», avoue-t-il. «J’adorais son côté glamour. Un large sourire avec de grandes dents. Un regard immense.» Dès sa première diffusion en 1978, les masses se passionnent pour ce feuilleton narrant la vie et les tragédies, parfois saugrenues, du richissime clan Ewing. Une famille de pétroliers texans qui a un goût très prononcé pour la dramaturgie. 357 épisodes que Thierry connaît pratiquement par cœur.

Je me repassais les scènes avec Sue Ellen au ralenti afin d’admirer son visage.

«J’ai vu tous les épisodes. Et pas qu’une fois», se souvient-il amusé. «À l’époque, j’enregistrais les épisodes en double ou même en triple exemplaire, afin d’être sûr que si une VHS viendrait à avoir un problème, j’en aurais toujours une de rechange.»

Prévue à la base pour seulement cinq épisodes, la série Dallas aura finalement durée 14 saisons et aura été traduite en 67 langues et diffusée dans 90 pays. «J’ai toujours eu une profonde affection pour les personnages», révèle Thierry. «Un peu comme s’ils faisaient partie de ma famille. C’est très bizarre, et en même temps très émouvant.» Une famille qu’il finirait bien par rencontrer un jour, il en a toujours été persuadé. «Je savais qu’un jour j’y parviendrais.

Depuis son enfance Thierry Reinhard rêve de visiter le ranch de Southfork

Il fallait juste que je m’en donne les moyens.» Ce sera chose faite en avril dernier pour le 40ième anniversaire de la série. Ses billets d’avion en poche, Thierry parcourt plus de 8.000 kilomètres et débourse 250 euros, juste pour obtenir le fameux sésame qui lui ouvre enfin les portes du ranch de Southfork à Dallas. C’est ici qu’ont été tournées les scènes d’extérieur de la série. Aujourd’hui, le ranch abrite un musée consacré au feuilleton. «J’ai vite reconnu certains lieux, comme la terrasse où la famille Ewing prenait son petit déjeuner ou encore la piscine.» L’intérieur du ranch ne ressemble toutefois pas à la maison des Ewing telle qu’on pouvait la voir à la télévision, pour la simple raison qu’à l’époque les scènes d’intérieur étaient tournées dans des studios situés à Los Angeles. Le ranch de Southfork reste néanmoins le deuxième site le plus visité à Dallas, juste après le Dealey Plaza, le lieu où JFK a été assassiné le 22 novembre 1963.

J’ai toujours eu une profonde affection pour les personnages, un peu comme si ils faisaient partie de ma famille. Thierry Reinhard

«Je pensais que je pourrais passer un petit moment avec Linda Gray, mais finalement il y avait plus de 3.000 personnes sur place», se souvient Thierry. Commence alors une interminable attente. Deux heures trente à faire la file, uniquement pour faire une photo avec les comédiens de Dallas. «Plus la file avançait, plus mon attention était fixée sur Linda Gray. J’avais une certaine appréhension. Peut-être qu’en la voyant en vrai, elle n’allait pas ressembler à ce que je m’imaginais.» La déception. Voilà la crainte dont souffrent tous les grands fans. Car leurs idoles sont là, à quelques mètres. Enfin. Après toutes ces années à suivre leurs aventures sur le petit écran. Bobby Ewing alias Patrick Duffy, la blonde Lucy, interprétée par la comédienne Charlene Tilton, Ray Krebbs, le fils illégitime de la famille Ewing, joué par Steve Kanaly. Et puis finalement Thierry se trouve face à face avec son idole.

«Je ne me souviens même plus de ce que je lui ai dit. Que je l’adorais, je crois», raconte-il avec enthousiasme. «Puis on a échangé un regard, et je ne sais pas si je suis paranoïaque, mais j’ai vraiment eu l’impression que dans son regard je pouvais lire: Merci beaucoup, je suis très touchée.»

Le lendemain, il revoit une dernière fois les acteurs de la série. Cette fois-ci pour une séance d’autographe. Une fois de plus il faut faire la file, être patient. Cette rencontre n’a finalement rien de très confidentielle. «C’était un peu à la chaîne, mais je ne suis pas déçu.» Et même s’il ne ressent ni frustration, ni regret, Thierry sent que finalement la boucle est bouclée. «C’était un rêve de gosse. Je l’ai enfin vu en vrai. C’est fait. C’est bon.»

De gauche à droite: Steve Kanaly, Charlene Tilton, Thierry et son mari Nicolas, Linda Gray et Patrick Duffy

Fotos: Anne Lommel, Thierry Reinhard

Le saviez-vous?
/// Le 21 août 1982 même le magazine revue succombe au phénomène Dallas, en proposant à ses lecteurs la bande-dessinée du feuilleton en version luxembourgeoise.
/// Larry Hagman, qui incarna le personnage de J.R., est le seul acteur de Dallas présent dans les 357 épisodes de la série.
/// Au milieu des années 80, Linda Gray est virée de la série parce qu’elle avait demandé une augmentation de salaire. Ce n’est que lorsque Larry Hagman menace de quitter la série au cas où Linda Gray n’était pas réembauchée, que l’actrice peut reprendre le chemin des studios de tournage.
/// L’épisode intitulé «Qui a tiré sur J.R.?» reste jusqu’à ce jour l’épisode le plus regardé de l’histoire de la télévision. À l’époque 360 millions de téléspectateurs dans le monde entier étaient fixés devant leurs petits écrans afin de découvrir qui a tiré sur J.R.. En Turquie, une session parlementaire fut même interrompue, permettant ainsi aux législateurs de rentrer à temps pour regarder le fameux épisode.

Jérôme Beck

Journalist

Ressorts: Wissen, Lifestyle

Teilen ...Email this to someoneShare on Google+Print this pageTweet about this on TwitterShare on Facebook
Author: Philippe Reuter

Login

Lost your password?